Le curcuma vous éloignerait du cancer !

Le curcuma, fabuleuse épice indienne est l’un des remèdes naturels les plus prometteurs contre le cancer, Alzheimer, l’arthrose et bien d’autres maladies encore.

Le Curcuma renforce les os et les articulations, puis tonifie également les reins. Il pourrait également aider à stimuler les cellules du système immunitaire qui absorbent les protéines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer.

En Inde, les scientifiques ont mis en évidence que les cancers sont 10 fois plus faibles que chez nous en Europe. Là-bas, le cancer est même considéré comme une maladie rare et selon les scientifiques, la consommation de curcuma en serait la raison principale.

Les effets « anticancer » des curcuminoïdes seraient considérés si prometteurs que de nombreux chercheurs seraient persuadés que le curcuma sera bientôt prescrit contre tous les types de cancers.

Le curcuma utilisé en médecine traditionnelle chinoise et indienne depuis des siècles ! 

Les médecines traditionnelles chinoise et indienne tirent partie des nombreuses vertus thérapeutiques du curcuma depuis des siècles.

Le curcuma est particulièrement reconnu pour ses puissantes propriétés anti-inflammatoires. Or l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques. Il a été également démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé.

Parmi toutes les plantes et épices, c’est le curcuma qui a fait l’objet du plus grand nombre d’articles scientifiques sur ses vertus anti-cancer.

Le curcuma tuerait les cellules cancéreuses

Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifique Cancer Prevention Research a observé que la curcumine inhibe la motilité (leur capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation en inhibant le fonctionnement du l’alpha-6-bêta-4 intégrine, ce qui implique qu’elle pourrait servir comme agent thérapeutique efficace dans les tumeurs qui surexpriment l’alpha-6-bêta-4. (L’alpha-6-bêta-4 est associé au développement du cancer en contribuant à la résistance des cellules à l’apoptose et aux métastases.

L’apoptose signifie la mort cellulaire programmée : les cellules cancéreuses ont la particularité de ne pas mourir quand elles le devraient, ce qui contribue au développement des tumeurs). 

En 2009, une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Pharmacology a observé que la curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du pancréas, et accroît la sensibilité des cellules à la chimiothérapie.

Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favoriserait la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon.

Une étude de 2010 a conclu que la curcumine aurait la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses.

Resultado de imagen de curcuma cancer sein

Comment le curcuma agirait sur le cancer ?

Les curcuminoïdes, agents actifs présents dans le curcuma, agiraient contre le cancer de plusieurs façons :

  • Diminuerait l’inflammation
  • Inhiberait la prolifération des cellules des tumeurs
  • Inhiberait la transformation de cellules normales en cellules de tumeur
  • Empêcherait le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur
  • Inhiberait la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs.
  • Aiderait votre corps à détruire les cellules mutantes, afin de les empêcher de se répandre dans votre corps

Plus exactement, c’est la curcumine qui freinerait le développement des cellules cancéreuses et aiderait votre corps à les éliminer plus facilement.

Quel type de curcuma est-il préférable de choisir ?

Tout d’abord, il est primordial de savoir que  les propriétés du curcuma sont multipliées par 10 en les combinant avec la pipérine, qui est contenue dans le poivre. Ce dernier favoriserait également l’absorption du curcuma au niveau de la barrière intestinale (environ 1000 fois à 2000 fois).

Choisissez un extrait curcuma avec 95 % de curcumine, et un extrait de curcuma de préférence certifié biologique, contenant au moins 95 % de curcuminoïdes. La formulation ne doit contenir aucun additif ni excipient de préférence (la substance ajoutée au complément pour faciliter la fabrication ou la conservation).

En cas de prise de curcuma à 95% de curcuminoïdes, en gélule (ce qui est le plus pratique car le curcuma tâche beaucoup), je vous recommande au moins 1 gélule (250 mg par gélule) par jour, ce qui correspondrait à environ 4 g de poudre de curcuma simple.

Contre-indications

Bien qu’on ne signale aucun cas d’effet indésirable lié à la consommation de curcuma et de curcuminoides (curcumine et dérivés) durant la grossesse compte tenu de leur importante consommation par les populations indiennes sans effet secondaire à ce niveau, certains auteurs estiment cependant qu’en raison de son emploi «traditionnel» pour traiter l’aménorrhée (absence de menstruations), les femmes enceintes devraient éviter de prendre de fortes doses de curcuma ou extrait de curcuma.

Il est important de savoir qu’associé à un anticoagulant (fluidifiant sanguin), le curcuma peut en intensifier l’action, vous laissant vulnérable aux effets secondaires tels que des ecchymoses ou des saignements de nez. Parlez-en à votre médecin, si vous souhaitez prendre du curcuma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*